La délégation a été reçue par Pervenche Berès, présidente de la commission de l'Emploi et des Affaires sociales au Parlement européen. Les représentants syndicaux ont exposé à des eurodéputés français, belge (le député belge Frédéric Daerden-PS), luxembourgeois et espagnol "les dérives de la financiarisation d'ArcelorMittal, qui menacent des milliers d'emplois".

 

"La stratégie du Groupe ArcelorMittal consiste à opposer les travailleurs entre eux. Nous devons empêcher que les salariés de Liège s'opposent à ceux de Florange (site d'ArcelorMittal, dans le nord-est de la France, confronté à l'arrêt de ses deux hauts fourneaux, ndlr). Il faut défendre l'industrie métallurgique européenne dans son ensemble, en se donnant les moyens de construire une véritable politique industrielle européenne", a déclaré Pervenche Berès.

 

Les échanges auraient permis d'ébaucher "des solutions à l'échelon européen, parmi lesquelles figure la proposition d'instaurer une réglementation européenne contraignante sur les restructurations, qui fait l'objet d'un rapport de l'eurodéputé socialiste espagnol Alejandro Cercas". Les syndicalistes et parlementaires européens ont convenu de faire entendre leur voix auprès d'Antonio Tajani, commissaire européen en charge de l'Industrie, peut-on encore lire dans le communiqué. (COC)

 

 

Clic lien vidéo IMPORTANT:

 

http://nerfs-d-acier.blog4ever.com/blog/lire-article-540752-9363678-__parlement_entend_nos_voix_ou_dans_les_urnes_tu_p.html