Comme une bouteille à la mer (Fin)

 

 

 

Clic lien 1 et 2 partie:

 

 

 //www.nerfs-d-acier.info/blog/lire-article-540752-9914065-comme_une_bouteille_a_la_mer__1er_partie_.html

 

 

//www.nerfs-d-acier.info/blog/lire-article-540752-9915729-comme_une_bouteille_a_la_mer__2e_partie_.html

 

 

 

 

 

 

Comme une bouteille à la mer (Fin)

 

 

 

 

Symboliquement, j’effectue des gestes lents.

Comme pour mieux tourner la page et attirer de bons présages, je caresse la fiole de verre contenant l’apparent.

 

Comme une goutte d’eau dans l’océan, j’offre le flacon au flot du lac Léman. Il contient ce fameux Écrin, je caresse l’eau du revers de la main. Mon Dieu, qu’il est doux de ressentir cette humidité qui ressemble, à si méprendre, aux larmes que j’ai autrefois versées.

 

Cette idylle peut vous sembler infantile, mais elle m’a ouvert les yeux sur mon abîme, moi, cet être si différent, n’ayant pas appris à conjuguer le verbe aimer. Je n’avais ni présent, ni passé…

 

Je veux découvrir d’autres univers, loin du mien jusqu’ici austère. Extasier mes sens, sortir de l’errance. Avec ce regard neuf, je ne me sens plus veuf d’une vue avortée, dénuée de plaisir partagé.

 

La plus belle chose que j’ai apprise, c’est que trop de gens méprisent l’effet que peut produire un parfum.

 

Il est le reflet d’une âme et pour l’heure ma trame,

mon fil d’Ariane reliant une inconnue à une part de mon vécu.

 

Trouvera-t-elle notre bouteille ?

 

Mais l’on sait aussi pourtant, depuis la nuit des temps, que les plus belles histoires d’amour sont celles qui n’ont jamais vu le jour.

 

 

 

Nerfs d'Acier

 

 





05/05/2013

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 26 autres membres